samedi 10 décembre 2016

J'AI DECIDER DE NE PLUS ÊTRE SPECTATRICE DE MA PROPRE VIE ! {ARTICLE MODE}


BONJOUR, BONJOUR !

J'espère que vous allez bien ? Aujourd'hui j'avais envie de vous rédiger Un petit compte rendu de mes pensées envers la vie. Je suis bien consciente que mon blog parle essentiellement de beauté et à la base c'était son seul but mais au fil du temps et de plus en plus maintenant j'ai cette envie d'écrire de mettre à l'écrit mes pensées sur cette vie qui me tient par la main. Je ne parlerai pas de beauté parce que je ne vois pas que par la beauté je vois au travers de l'âme. Dans cet article je vous détaille également la tenue que je porte pour les photos qui sont dans cet article.


[Je porte le rouge à lèvres de la marque Bourjois dans la gamme Rouge Edition Velvet dans la teinte Pretty Prune.
Mon colier m'a été offert par ma Belle-Maman que j'aime fort !
Mon pull vient de chez Bershka en couleur bordeau. Cliquez directement sur la photo pour accéder au lien du pull qui à une valeur de 17,99 €.]


Parfois mes nuits sont blanches parce que je me remets sans cesse en question car je suis en pleine conscience que je ne suis pas une sainte et que j'ai fait des erreurs dans mon parcours qui est déjà bien lourd. 
Et depuis le décès de l'homme que j'aime durant l'été dernier je me suis remise en question pour savoir ce que j'allais devenir parce que cette épreuve m'a changée à tout jamais j'ai la conviction que je ne suis plus la même enfin non je dirais que je suis la même mais beaucoup de choses en changé en moi. Face à ce terrible chagrin et en étant en attente de reconstruction j'ai appris à me reconnecter à mon propre moi, j'ai pris conscience que pendant trois ans j'ai essayé d'être une autre personne. Pendant trois longues années je me suis voilé la face, j'ai voulu courir après des concerts pour rencontrer mes idoles de l'époque (je dis mes idoles parce que à l'époque c'est ce que je ressentais). Pendant ces trois ans, je me suis éloignée de la personne que j'étais pour suivre des chanteurs et à y réfléchir je trouve ça tellement stupide aujourd'hui. J'ai traversé la France entière pour assister à des concerts j'ai même pris l'avion et j'ai payé plus de 200 € mon billet tout cela pour rester une journée à Paris mais quel sens ça a tout ceci, je m'en pose encore la question. Alors que ce jour-là j'ai parlé seulement 5 minutes avec le chanteur pour qui j'avais fais le déplacement ! Je ne lui en veux absolument pas et je tiens à préciser que je ne dénigre aucun artiste en écrivant cet article. C'est simplement une remise en question et j'essaie simplement de comprendre pourquoi l'être humain peut atteindre la folie parfois. Et puis à côté de tout cela je rencontre des fans et tout simplement des fans moi je pensais qu'elles étaient des amies mais au final c'était juste pour avoir la sympathie de leur idoles parce qu'elles me transportaient avec elles et vu que moi j'ai toujours eu un bon contact avec les artistes que je suivais parce que je suis une personne assez sociable et on me dit souvent que je suis une femme attachante. Du coup ces personnes-là voulaient se faire bien voir auprès de leurs idoles mais dans les coulisses ce n'était pas la même chose je recevais une manipulation permanente parce que grâce à moi elles n'avait pas besoin de payer le train ou bien elles pouvaient passer devant tout le monde avec moi parce que je suis prioritaire ou bien parce que étant donné que je connais du monde sur Toulouse j'avais des places de concerts et là je devenais intéressante, je suis bien consciente que ces personnes-là m'aidaient dans les gestes de la vie quotidienne mais nos relations devenait malsaines... Face à ça j'ai décidé de couper court à cette aventure.


Quelques mois plus tard, j'ai la chance de rencontrer un jeune chanteur peu connu à l'époque une nouvelle aventure commence je rencontre quelques fans et c'est parti je retombe de nouveau dans l'engrenage en m'oubliant moi-même ainsi que ma santé qui n'est pas au beau fixe mais je continue je me mets un voile devant les yeux pour en oublier ma propre douleur mentale juste le temps d'un concert. Je fais des concerts à droite et à gauche je suis à l’affût de la moindre date, je ne vis que pour cela et je fais la connaissance des fans en qui j'ai confiance je ne vois pas pourquoi je devrais me méfier et prendre du recul car il y en a qui on le double de mon âge ! Je me dis ces gens là sont matures il n'y a pas de doute. je continue sur les routes et je me rends compte qu'il y a des personnes qui ne vivent que pour leurs idoles et qui n'ont que ce sujet à la bouche (moi je vivais pour des concerts mais j'avais d'autres sujets de conversation). Entre chaque concert, je prend le temps d'aller voir Benoît, celui que j'aime depuis mes dix ans je vois que sa maladie prend le dessus qu'il n'en survivra pas et la douleur est tellement grande que j'en ferme les yeux et je repars à mes concerts. Jusqu'à janvier 2016 où mon corps me dis stop je fais une septicémie foudroyante entre la vie et la mort à mon tour je me bats pour rester de ce monde je prends conscience que je dois faire attention à moi. Je sors de cette clinique je prends quelque mois de repos et mes ex-amies me ramènent à mes concerts ce n'est pas de leur faute elles pensaient que ça me ferait du bien et en fait le lendemain des concerts il faut savoir que mon corps souffre profondément des crampes de partout à cause du fait que j'ai applaudi l'artiste pendant le concert le lendemain je suis fatiguée à bout de force j'arrive à peine à manger j'ai mal à l'estomac. Et dans l'envers du décor on me fait des coups de couteaux dans le dos. Une de ces fans à une carte de priorité elle a un léger handicap on est au concert de Nîmes au total j'ai fait 6h de route j'ai mon dos qui me brûle après avoir attendu un journée au soleil on assiste au concert tout se passe bien je prends des cachets pour la douleur. A la sortie je ne vois plus mes amies et oui celle qui disait qu'elle ne pouvait pas courir se mets à courir soudainement pour aller à la sortie des artistes et me laisse en plan avec ma mère. On est désemparées et en colère parce qu'on ne connait pas la ville de Nîmes et personne ne répond au téléphone. Au bout d'une demi heure on retrouve ces sois-disant amies on se dispute et cette dame qui à le double de mon âge ose dire à ma mère qu'on allait pas assez vite ! Bien sur aux arènes de Nîmes il n'y a que des pavés et pour les personnes comme moi sur roulettes vous devez savoir à quel point c'est dur de rouler sur des pavés. C'est ce jour là ou j'ai compris que mes amies n'en étaient pas vraiment. 

[Je porte une mini jupe en motif pied de poule encore de la marque Bershka qui a une valeur de 9,99 €. Cliquez directement sur la photo si vous souhaitez avoir plus d'informations sur la jupe.]

Le temps passe et le 10 juillet dernier l'homme que j'aime rejoint le ciel et face à ça c'est un écroulement le ciel tombe sur mon être tout entier et  je pleure j'annonce que je viens d'apprendre son départ et que je m'éloigne des réseaux sociaux et cette même dame m'envoie un message du genre "Tu savais que c'était inévitable" Je lis ce message moi qui cherchais seulement du réconfort et je m’effondre à nouveau. J'ai toujours su que Benoît partirait avant moi il me l'avait toujours dit. Mais juste avec cette petite phrase c'est comme si on m'avait tuée à moi aussi. 

Depuis ce jour là, j'ai pris conscience que la vie était plus importante et que si je faisais tous ces concerts c'était pour éloigner cette douleur de me mettre à l'idée du départ de Benoît. J'avais trop de mal à l'imaginer alors c'était devenu mon exécutoire. Depuis ce jour là j'ai coupé tout contact avec ces personnes là et je m'en sens libérée. Merci mon ange de m'avoir fait faire tout ce travail mental. J'ai pris la décision de m'éloigner de ce monde éphémère qu'est la musique. Je ne ressens plus l'envie d'aller à des concerts parce que je sais que ça ne m'enlèvera pas ma douleur ça ne l'apaisera même pas. Aujourd'hui je n'ai plus besoin de ça je n'ai plus besoin d'admirer quelqu'un. Je me suis rendu compte que aucun artiste n'a pas plus de talent que moi. Moi, du haut de mes 23 ans j'en ai vécu des choses et j'ai su rester forte c'est mon talent à moi. Je me suis reconnectée à celle que je suis réellement. Je me suis plongé cœur et âme dans l'écriture et de mettre des mots sur mes maux, de faire un grand tri dans mes amis et très peu sont restés croyez-moi. Je me suis plus ouverte à ma famille et rapprochéé de la famille de Benoît aujourd'hui, on s'aide mutuellement à surmonter cette épreuve difficile et je me sens pleinement relier à ma propre vie parce que je sais qu'elle ne tient à pas grand chose. Et aujourd'hui je pense à moi et je vis pour moi uniquement, je ne suis plus spectatrice de ma propre vie maintenant, c'est moi qui tiens le rôle principal et je ne regrette rien.
[Enfin je porte des bas autofixants de la marque Calzedonia à pois et avec des motifs de roses en velour. Cliquez directement sur la photo pour retrouver le lien des bas autofixants d'une valeur de 12,95 €.]

Je ne sais pas si ce texte vous apportera grand chose mais je tenais à vous faire partager mon travail sur une longue réflexion qui à duré plusieurs mois et si je n'avais pas écrit cet article j'en dormirais plus de la nuit...

Et vous, vous est-il arrivé ce genre de réflexion sur votre propre vie ?
Je serais ravie d'en savoir un peu plus sur vous mes lecteurs et lectrices.

Merci à vous de me soutenir toujours autant.

Je vous embrasse fort.

Anaïs